Archives Mensuelles: mai 2010

Affiche de la Thésarderie

La Thésarderie annonce sa première affiche

Publicités

Nouvelle Thésarderie

Mardi 18 mai 2010

Lieu :

Salle de séminaire numéro II du Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (accès au laboratoire)

Planning :

  • 08h45   : Accueil des nouveaux arrivants.
  • 09h00   : Exposé d’Anthony MARTIN intitulé : « Distribution quantique de clés secrètes ».
  • 10h20   : Pause.
  • 10h40   : Exposé d’Alain OLIVETTI intitulé : « Perturbation autour d’un état stationnaire inhomogène dans le modèle HMF ».
  • 12h00   : Repas de famille 😉 .
  • 14h00   : Exposé d’Hamad HAZIM intitulé : « La méthode des échelles multiples pour le calcul des modes normaux non-linéaires »  (détails).
  • 15h20   : Libération des otages.

Exposé d’Anthony MARTIN

« Distribution quantique de clés secrètes. »

La cryptographie est la science du codage de l’information qui permet l’échange d’un message tout en assurant sa confidentialité. Le principe de la cryptographie existe depuis l’antiquité et repose sur l’utilisation d’une clef convenu par les deux interlocuteurs. La clef est utilisée par l’émetteur pour encoder le message et par le récepteur pour le décrypter. Je vous présenterais dans mon exposé comment avec les propriétés de la mécanique quantique nous pouvons réaliser de l’échange sécurisé de clef secrète, à l’aide de photons uniques ou de paires de photons intriquées.

Exposé d’Alain OLIVETTI

« Perturbation autour d’un état stationnaire inhomogène dans le modèle HMF »

Afin de comprendre les systèmes à interactions longue portée, un modèle simplifié qui simule l’évolution de particules sur un anneau a été mis au point : le modèle HMF (« Hamiltonian Mean Field »). Celui-ci contient les ingrédients de base des systèmes longue portée tout en permettant de simplifier grandement les calculs.
Dans cette présentation, j’aborderai les points suivants :

  • le modèle HMF,
  • les coordonnées angle/action,
  • le principe du Landau damping,

Enfin, j’essayerai de montrer comment synthétiser toutes ces notions pour comprendre le comportement d’une distribution de particules stationnaire et inhomogène, lorsqu’elle subit de petites perturbations, i.e. pour prédire les fréquences d’oscillation et les éventuels amortissements.

Références :

  • Pour le modèle HMF :
    Mickael Antoni and Stefano Ruffo, « Clustering and relaxation in Hamiltonian long-range dynamics », Phys. Rev. E 52, 2361-2374 (1995) .
  • Pour les coordonnées angle/action :
    Pierre-Henri Chavanis, « Kinetic theory with angle–action variables », Physica A 377, 469–486 (2007).

    Pour le Landau damping :
    Jean-Loup Delcroix, Abraham Bers, « Physique des plasmas » tome 1 et 2, CNRS Edition, Paris, 1994.

Exposé d’Hamad HAZIM

« La méthode des échelles multiples pour le calcul des modes normaux non-linéaires »

Les modes normaux non-linéaires sont présentés comme une extension naturelle des modes normaux linéaires. Le calcul des ces modes non-linéaires donne accès à une meilleur compréhension de la dynamique des systèmes mécaniques en étudiant l’effet de la non-linéarité sur ses modes propres (linéaires). Un mode normal non-linéaire est définit comme une solution périodique de toute les composantes du système mécanique de même phase; cette solution peut être trouver en excitant le système par un vecteur particulier de condition initial en position et en vitesse.
Je présente la méthode des échelles multiples pour le calcul des solutions analytiques d’un système non-linéaire, j’utilise cette méthode aussi pour la détermination des modes non-linéaires.

Nouvelle Thésarderie

Vendredi 7 mai 2010

Lieu :

Salle du Pavillon Magnétique de l’Observatoire de la Côte d’Azur (bâtiment numéro 14) (position au sein du mont gros)

Planning :

  • 08h45   : Accueil des nouveaux arrivants.
  • 09h00   : Exposé de Mathieu HAVEL intitulé : « Planètes en transits et évolution planétaire. »
  • 10h15   : Pause.
  • 10h30   : Exposé de Thibault MERLE intitulé : « Correction d’abondances dans les atmosphères stellaires ».
  • 11h45   : Départ pour le repas.
  • 12h00   : Repas – Réservation obligatoire.
  • 13h00   : Visite de l’Observatoire organisé pat Thibault MERLE.

Exposé de Mathieu HAVEL

« Planètes en transits et évolution planétaire. »

Depuis 1995, date de la première exoplanète découverte, on a répertorié plus de 400 planètes externes au système solaire pour des masses allant de quelques masses terrestres à plusieurs masses de Jupiter. Parmi ces objets, ceux en transit (ie. éclipsant leur étoile à nos yeux) nous permettent de raffiner les modèles d’évolution et de formation planétaire (soient environ 70 planètes). Je vous parlerai un peu des transits (méthode, dérivation des paramètres), puis des modèles d’évolution planétaire (de manière générale,sans trop rentrer dans les détails).

Exposé de Thibault MERLE

« Correction d’abondances dans les atmosphères stellaires. »

L’étude de la composition chimique des atmosphères stellaires nous permet de révéler une peu de l’histoire des populations stellaires au sein de notre galaxie. Pour déterminer les abondances chimiques, on modélise le transfert de rayonnement à travers l’atmosphère stellaire pour des raies d’absorption considérées à l’Equilibre Thermodynamique Locale (ETL). Pour cela on utilise les équations de Boltzmann (régissant les états d’excitation) et de Saha (régissant les états d’ionisation) appliquées à une transition particulière.

Cependant, l’hypothèse de l’ETL n’est pas toujours vérifiée, car il existe un couplage entre matière et rayonnement qui est non linéaire et peut être non local. Dans cette situation, les équations de Boltzmann et de Saha ne s’appliquent plus et il faut prendre en considération tous les états d’excitation possibles de l’élément et toutes les interactions possibles, qu’elles soient radiatives ou collisionnelles.

Pour cela il faut tenir compte des processus microphysiques principaux et remplacer les recettes empiriques traditionnelles par des calculs quantiques récents et les appliquer à la synthèse de raies Non – ETL (NETL). On montre ainsi que des écarts à l’ETL existent et nécessitent de corriger les abondances stellaires déterminées à l’ETL.