Nouvelle Thésarderie

Vendredi 7 mai 2010

Lieu :

Salle du Pavillon Magnétique de l’Observatoire de la Côte d’Azur (bâtiment numéro 14) (position au sein du mont gros)

Planning :

  • 08h45   : Accueil des nouveaux arrivants.
  • 09h00   : Exposé de Mathieu HAVEL intitulé : « Planètes en transits et évolution planétaire. »
  • 10h15   : Pause.
  • 10h30   : Exposé de Thibault MERLE intitulé : « Correction d’abondances dans les atmosphères stellaires ».
  • 11h45   : Départ pour le repas.
  • 12h00   : Repas – Réservation obligatoire.
  • 13h00   : Visite de l’Observatoire organisé pat Thibault MERLE.

Exposé de Mathieu HAVEL

« Planètes en transits et évolution planétaire. »

Depuis 1995, date de la première exoplanète découverte, on a répertorié plus de 400 planètes externes au système solaire pour des masses allant de quelques masses terrestres à plusieurs masses de Jupiter. Parmi ces objets, ceux en transit (ie. éclipsant leur étoile à nos yeux) nous permettent de raffiner les modèles d’évolution et de formation planétaire (soient environ 70 planètes). Je vous parlerai un peu des transits (méthode, dérivation des paramètres), puis des modèles d’évolution planétaire (de manière générale,sans trop rentrer dans les détails).

Exposé de Thibault MERLE

« Correction d’abondances dans les atmosphères stellaires. »

L’étude de la composition chimique des atmosphères stellaires nous permet de révéler une peu de l’histoire des populations stellaires au sein de notre galaxie. Pour déterminer les abondances chimiques, on modélise le transfert de rayonnement à travers l’atmosphère stellaire pour des raies d’absorption considérées à l’Equilibre Thermodynamique Locale (ETL). Pour cela on utilise les équations de Boltzmann (régissant les états d’excitation) et de Saha (régissant les états d’ionisation) appliquées à une transition particulière.

Cependant, l’hypothèse de l’ETL n’est pas toujours vérifiée, car il existe un couplage entre matière et rayonnement qui est non linéaire et peut être non local. Dans cette situation, les équations de Boltzmann et de Saha ne s’appliquent plus et il faut prendre en considération tous les états d’excitation possibles de l’élément et toutes les interactions possibles, qu’elles soient radiatives ou collisionnelles.

Pour cela il faut tenir compte des processus microphysiques principaux et remplacer les recettes empiriques traditionnelles par des calculs quantiques récents et les appliquer à la synthèse de raies Non – ETL (NETL). On montre ainsi que des écarts à l’ETL existent et nécessitent de corriger les abondances stellaires déterminées à l’ETL.

Publicités

Publié le 07/05/2010, dans Thésarderie, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :