Archives Mensuelles: mars 2010

Nouvelle Thésarderie

Jeudi 25 mars 2010

Lieu :

Salle III du laboratoire Dieudonné.

Planning :

  • 08h30   : Accueil des nouveaux arrivants.
  • 09h00   : Exposé de Nicolas DOUILLET intitulé : « Détection des ondes gravitationnelles avec l’interféromètre LISA; le problème inverse de l’analyse des données. »  (détails).
  • 09h45   : Pause café (si possible 😉 ).
  • 10h15   : Exposé de Nicolas MERCADIER intitulé : « Transport anormal de la lumière dans une vapeur atomique »  (détails).
  • 11h00   : Fin de la journée…. 😉 !

Détails :

Exposé de Nicolas DOUILLET

« Detection des ondes gravitationnelles avec l’interféromètre LISA; le problème inverse de l’analyse des données. »

Les ondes gravitationnelles, conséquence de la théorie de la relativité d’Einstein, consistent en une déformation propagative de la métrique de l’espace. LISA est un projet ESA-NASA d’interféromètre spatial dédié à leur détection. Le futur travail d’analyse des données que fournira LISA est un enjeu majeur pour la communauté scientifique internationale, en vue de la détection et de la caractérisation de sources (binaires de trous noirs et d’étoiles à neutrons, etc).
De la description des ondes de gravitation, en passant par la physique du détecteur interférométrique LISA, nous aboutirons aux méthodes d’analyse de données en problème inverse pour l’estimation de paramètres dans des espaces de grandes dimensions.

Mots clés : Ondes gravitationnelles, interféromètre LISA, analyse de données, problème inverse, estimation de paramètres.
Vue d’artiste.

Exposé de Nicolas MERCADIER

« Transport anormal de la lumière dans une vapeur atomique »

Dans un milieu diffusant, désordonné et suffisamment dilué, le transport de la lumière peut-être décrit en termes de marche aléatoire. Le transport radiatif est alors le plus souvent gouverné par l’équation de la diffusion.

Nous verrons que, dans certains systèmes, les photons acquièrent la possibilité de réaliser dans le milieu des «sauts» rares, mais de grande taille, qui dominent leur propagation à l’échelle macroscopique : on parle alors de vols de Lévy de la lumière. On s’intéressera à la mise en évidence expérimentale de ces pas longs avant, si le temps le permet, de décrire les phénomènes de redistribution en fréquence à leur origine.

Représentation d’artiste de la trajectoire d’un photon dans un gaz de rubidium dilué.

Publicités